Monographie d'un navire 1860/1880

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Monographie d'un navire 1860/1880

Message  Bruno Orsel le Dim 14 Oct 2012 - 19:29

J.C Dubreuil a écrit:
. D'après votre expérience, quels sont ceux qui pourrait selon vous, représenter le meilleur intérêt. Qu'en pensez-vous ?

Jacques


Avant de faire le choix d'un bâtiment, voici quelques conseils.

Pour la réalisation d'une monographie ou la construction d'un modèle, l'opération prendra plusieurs années. Il est donc très important de ne pas se tromper de choix au départ. Pour ce choix, il y a bien sûr les raisons que vous avez déjà énoncées, mais j'ajouterai aussi un aïeul qui aurait navigué sur tel bateau ou un type de navires que l'on trouve tout simplement beaux.
Ce bateau, pour nous les modélistes et nous le savons bien, deviendra très vitre une histoire d'amour entre nous et ce modèle. Je pense donc qu'il est essentiel que ce critère soit également un des facteurs de cette aventure.

Mais ceci est pour l'envie, car il y a à côté la réalité du terrain . Et cette réalité est : qu'allons-nous trouver dans les archives ou ailleurs comme documentation pour concrétiser ce rêve ?

Voici une façon de procéder :

Bien visualiser son le navire : La 2e moitié du 19e siècle, offre le gros avantage de nous apporter la photographie et à partir des années 1860 il est assez facile de trouver des photos. Photos que vous trouverez dans des publications, mais aussi dans les centres d'archives (souvent sur plaque de verre). Le musée de la marine à Paris possède une très belle documentation à ce sujet au travers des dossiers thématiques par types de navires, mais aussi la très belle collection "H. Le Masson". Il y a bien sûr Marius Bar à Toulon, mais difficiles de visualiser avant commande et assez cher. Le SHD de Vincennes possède beaucoup de photos également, mais je ne connais pas très bien. Il y a encore internet.

Les plans : Ces documents sont la base de toute réalisation. Monographie ou modèle, sans un dossier de plans sérieux, il n'ai pas envisageable de se lancer dans l'aventure.
Pour la période, les centres d'archives comme Vincennes ou archives SHD des ports militaires sont très riches. A Vincennes (les archives centrales de la Marine) la consultation des plans est accessible uniquement sur microfilm. Possibilité d'avoir des tirages photocopie en format A4 et A3. Difficilement exploitable pour une monographie ou un modèle. Une fois votre choix fait, vous avez la possibilité de commander les fichiers numériques des plans originaux. Délais : 4 mois environ, coût raisonnable.
Les archives des Ports sont très riches, car souvent les dossiers contiennent en plus des plans généraux, des plans de détails. Vous avez accès aux plans originaux, ce qui est un pur plaisir.
Inconvénient : bien que vous soyez autorisé de tout photographier vous même, obtenir des copies du type tirages de plans en photocopie grand format ou fichiers numériques est pratiquement impossible ou tout au moins très difficile. Si vous disposez d'un matériel photographique de qualité avec trépieds, projecteur, etc, vous avez la possibilité de photographier ce que vous voulez en évitant les déformations de prises de vue qui seront préjudiciables à l'exploitation du document. On peut même vous mettre une pièce à votre disposition pour travailler aisément.
En revanche, le SHD de Châtellerault lui offre toutes les possibilités de reproduction de documents : sur tirage papier ou fichier numérique. Certains plans sont même téléchargeables directement sur internet. Une visite sur place est toujours souhaitable. Par contre vous devez savoir que Châtellerault ne possède pas de plans de construction avant + ou - la date de 1885. GD nous a transmis dans son message du 12 oct. le lien pour accéder à une liste de plans disponible à Châtellerault. Je précise que cette liste ne concerne que les plans regroupés dans les "atlas de coque". Album de plans "après exécution" sur un bâtiment donné. Mais Châtellerault conserve d'autres plans dans d'autres séries qui ne sont pas consultables sur internet. Envoyer un courrier pour la demande de renseignements

Ce que vous devez savoir : à cette époque, il n'était pas rare qu'un navire ait été construit à plusieurs exemplaires dans des chantiers différents. Il est donc indispensable de consulter les dossiers des autres bâtiments de la série. Vous y trouverez sûrement des informations complémentaires, aussi faites attention aux petites différences qui peuvent exister d'un bâtiment à un autre.

Les dossiers individuels. Une fois la série de plans identifiée et collectée, vous devrez étudier divers autres dossiers propres au bâtiment, pour y recueillir des informations précises que l'on ne trouve pas sur les plans. Par exemple pour ce qui concerne l'artillerie : les plans indiqueront la position des canons, leur nombre et leur calibre, mais ne vous diront pas de quel modèle il s'agit pour le canon et l'affût. L'artillerie au 19e siècle a subi un bouleversement profond et un canon du 18e siècle n'a plus rien à voir avec ceux de la 2e moitié du 19e et au-delà. Il faut donc être extrêmement précis sur ce point. Il en est de même avec la mâture et la voilure. Les plans ne vous donneront qu'une indication générale qu'il faudra compléter par d'autres informations. Il y a bien d'autres exemples encore.
Toutes ces informations se trouvent donc dans d'autres dossiers. Je vous donne ici à titre d'exemple le classement de Vincennes que je connais le mieux.

Série 7DD1 aussi dénommée "Les bâtiments condamnés". Cette série d'une immense richesse regroupe les dossiers individuels de chaque bâtiment depuis 1830. On y trouve tout l'historique de la construction des navires depuis leur mise en chantier, leur entretien, les refontes et jusqu'à leur condamnation. C'est dans ces dossiers que l'on trouvera entre autres, les rapports d'essai avant le 1er armement. Description technique de toutes les parties du bâtiment et d'une très grande richesse détails. On y trouvera aussi la composition de l'artillerie avec pour chaque canon : le type, le calibre, le modèle. Et pour les affûts, le modèle et la date du tracé. Le détails de la mâture, mât, vergues avec toutes leurs dimensions sont consignés dans les devis d'armement, et bien d'autres documents indispensables pour la reconstitution d'un navire soit pour une monographie ou la construction d'un modèle directement.

Série 4DD1 : Les marchés de gré à gré. Avec le 19e siècle, la construction des bâtiments de guerre a souvent été confiée à "l'industrie". (les chantiers privés). Un marché de gré à gré était passé entre l'état et cette industrie et comportait un descriptif technique d'une très grande précision pouvant aller jusqu'à 150 pages de description. Ces documents d'une richesse inouïe nous renseignent sur tous les détails de la construction du navire. C'est un document essentiel.

Cette masse d'informations trouve aussi leurs explications dans le détail au travers des différents règlements de l'époque et facilement consultables dans les centres d'archives.

Ce que j'explique là concerne la marine militaire. Pour la marine de commerce, les recherches s'orienteront vers les archives des chantiers privés dans la mesure où elles ont été conservées.

Voici dans les grandes lignes le mode opératoire pour orienter la recherche documentaire et historique lorsque l'on envisage de se lancer, soit dans la réalisation d'une monographie ou la construction d'un modèle directement à partir des documents d'archives.

Ce que je viens d'évoquer ci-dessus ne concerne que l'aspect technique du bâtiment, sa construction.
Une monographie ne va pas sans une vision sur la carrière du bâtiment, l'organisation de la construction navale de l'époque, les décisions prises dans les ministères et le cadre historique dans lequel le navire a vécu. Mais cela est un autre cadre de recherches.

Bruno


Bruno Orsel

Messages : 208
Date d'inscription : 31/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Monographie d'un navire 1860/1880

Message  hrv1 le Dim 14 Oct 2012 - 20:30

Bonsoir,
Je trouve ce sujet passionnant.
Il sera possible de rééditer des ouvrages concernant cette époque dans l'avenir. Une modeste contribution de ma part éventuellement.
Hervé

_______________________________________________
Faire des histoires plates avec des propos creux, c'est pas facile, donc c'est de l'art.  (JP Borer)
avatar
hrv1
Admin

Messages : 1437
Date d'inscription : 21/05/2010
Localisation : 3e planete

http://www.wasadream.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Monographie d'un navire 1860/1880

Message  J.C Dubreuil le Lun 15 Oct 2012 - 19:56

Bruno, merci pour vos nombreux conseils, c'est étudié, éclairé et riche d'enseignements.
Aujourd'hui encore, je télécharge, décortique et classe les différents plans disponibles sur les sites du SHD,
j'en fais des fiches (je suis bien sûr loin d'avoir terminé).
Cette masse d'informations m'est déjà fort utile pour affiner mes recherches.

Mais, j'en ai bien conscience, des visites dans les différents SHD s'imposent. Je vais dès à présent les prévoir.

J'ai quelques atouts pour cette aventure, je ne lâche rien et je tout mon temps (le libre), et c'est bien évidemment le chemin qui m'intéresse, pas simplement l'aboutissement. Votre démarche est plus ancienne que la mienne et c'est bien là votre force, vous nous ferez gagner du temps dans l'organisation et dans la méthode.
Et c'est sans aucun doute ici l'un des points les plus essentiel et positif de ce forum.
Encore merci Bruno Wink
Jacques
avatar
J.C Dubreuil

Messages : 39
Date d'inscription : 02/02/2012
Localisation : Limoges

Revenir en haut Aller en bas

Re: Monographie d'un navire 1860/1880

Message  Bruno Orsel le Mar 16 Oct 2012 - 18:41

J.C Dubreuil a écrit:
Aujourd'hui encore, je télécharge, décortique et classe les différents plans disponibles sur les sites du SHD,
j'en fais des fiches (je suis bien sûr loin d'avoir terminé).
Cette masse d'informations m'est déjà fort utile pour affiner mes recherches.
Jacques

Je suis heureux de voir que votre projet commence à prendre racine.
Avez-vous déjà une petite idée de ce que vous aimeriez construire ; vers où se dirigent vos goûts. Si vous me donnez quelques éléments, je pourrais orienter vos recherches et vous donner quelques conseils.
Ce choix doit aussi se faire en fonction de votre niveau de modéliste.

Voilà plus de vingt ans que je pratique la recherche historique. C'est un "métier" qui s'apprend sur le tas, et c'est bien volontiers que je pourrais vous faire part de mon expérience ou partager certaines de mes connaissances, mais sachez que jamais je ne pourrais faire des travaux de recherches à votre place. C'est une démarche personnelle.

Bruno


Dernière édition par Bruno Orsel le Mar 16 Oct 2012 - 22:33, édité 1 fois
avatar
Bruno Orsel

Messages : 208
Date d'inscription : 31/05/2010
Localisation : IDF

Revenir en haut Aller en bas

Re: Monographie d'un navire 1860/1880

Message  L'hermine le Mar 16 Oct 2012 - 19:55


Merci Bruno ,

Effectivement vos contribution sur le sujet sont très riche d'enseignements .

Malheureusement , mon boulot me prend énormément de temps (routier) , et c'est pour cela que je ne peut pas prendre le temps de fouiller les archives des différent SHD . Cependant , je vois que Jacques est partis tambour battant dans l'aventure , et je me propose bien sûr d'apporter mon aide .

L'Hermine .
avatar
L'hermine

Messages : 84
Date d'inscription : 04/08/2011
Localisation : En mer .

Revenir en haut Aller en bas

Re: Monographie d'un navire 1860/1880

Message  J.C Dubreuil le Mar 16 Oct 2012 - 20:48

Bruno Orsel a écrit :
Avez-vous déjà une petite idée de ce que vous aimeriez construire ; vers où se dirigent vos goûts. Si vous me donnez quelques éléments, je pourrais orienter vos recherches et vous donner quelques conseils.
Ce choix doit aussi se faire en fonction de votre niveau de modéliste.

Mes recherches s’orientent indiscutablement vers la marine à vapeur dans ses débuts, à partir de « La Gloire », mais j’élimine ce modèle car il a déjà était construit plusieurs fois en modèle réduit. Je m’intéresse à la période qui suit, c-à-d une coque bois-acier, le bois recouvrant le métal, le « Trident » exposé à Rochefort m’a toujours attiré, j’ai photographié ce modèle de nombreuses fois lors de mes visites, c’est un vrai coup de cœur. Le « Duguesclin » fait lui aussi partie de mes favoris.

Au musée à Paris, le «Solférino», le «Napoléon». À Port-Louis, j’ai aimé dans un domaine plus récent et moins «toilé», le «Descartes» 1894, et le «Sfax» de 1882, ils m’ont aussi largement impressionné. À Brest, je n’ai pas trouvé dans cette période là, il manque Toulon que je n’ai pas encore visité.

De la classe « Magenta, puis Provence, Gauloise, Océan, Colbert, et Alma » … Mes recherches sont ici pour les cuirassés. Mais je n’oublie pas les autres : corvettes, transport, canonnière et avisos, peut-être parce qu’ils me semblent plus abordables d’un point de vue maquettisme. Tous ont un éperon, tous sont français (les autres Marines sont fort intéressantes, mais j’ai peur de m’égarer, citons quand même le « Great-Eastern ».
En fait, aujourd’hui, … je ne sais pas faire de choix, je me saoule simplement de ces modèles, jusqu’au déraisonnable, des mois que ça dure ! Si, peut-être un ultime coup de cœur, l'aviso de 1ère classe le «Parseval», votre photo, quelle ligne ! fragile, élancée, un bijou.

Concernant maintenant mon niveau de modélisme, j’ai commencé en 1993 avec des boîtes : un thonier, le « Saint-Gildas » de Groix, et un petit langoustier, puis j’ai découvert à la librairie du musée à Paris, la collection Ancre, quel plaisir ces bouquins ! (j’en possède une petite collection). J’ai entrepris en 1995, la construction du bateau de Lanvéoc, sans matériel, un étau, quelques limes et du poirier sec de 20 ans que j’avais acquis auprès d’un ami paysan et menuisier. Depuis, j’ai soigneusement coupé et fait séché du poirier, du buis, j’ai un joli stock. Sur une plage, un jour j’ai trouvé un appareil en laiton tout abîmé, mais avec encore des engrenages, c’est avec ça que j’ai fait les parties métalliques du Lanvéoc. Je vous montrerai quand j’aurai enfin compris (il faut que j’insiste un peu), comment envoyer des photos.
Certaines pièces, ex. le gouvernail, poulies en buis sont (presque) parfaites, j’ai recommencé tant de fois et seul, sans forum à l’époque. Le reste est plus moyen, j’ai cassé 60% de mon bois en essayant de fabriquer des bordés de 1 mm d’épais avec une vieille Lurem mal affutée, j’ai fini par tout réduire à la lime jusqu’à l’épaisseur voulue…
Ce modèle n’est pas fini mais il m’a occupé 2 bonnes années, sur la table de la salle à manger, je faisais trop de poussière et je ne rangeais pas suffisamment, … ma femme est parti (c’est une des raisons). J’ai abandonné un temps ces maquettes, la passion est restée et je suis aujourd’hui plus mordu que jamais.

Ce témoignage (un peu long), pour vous dire mon implication, et une volonté à toute épreuve (ou presque) me conduit à penser que rien ne me fait peur, que je finirai, même si je dois y passer une vie, par réaliser ce que je veux. C’est bien sûr le « chemin » et ses découvertes qui m’attirent, les techniques et les savoirs s’acquièrent au fil du temps... et de l’eau.
Le modèle terminé, lui, prend la poussière Smile .

Jacques
avatar
J.C Dubreuil

Messages : 39
Date d'inscription : 02/02/2012
Localisation : Limoges

Revenir en haut Aller en bas

Re: Monographie d'un navire 1860/1880

Message  Francis Jonet le Mer 17 Oct 2012 - 0:08

hrv1 a écrit:... Je trouve ce sujet passionnant.
...

Tu n'est pas le seul Hervé ! Et je me sent bien petit face à tant de passion.
avatar
Francis Jonet

Messages : 5574
Date d'inscription : 24/05/2010
Localisation : Moulin-Neuf - Ariège

Revenir en haut Aller en bas

Re: Monographie d'un navire 1860/1880

Message  a.piot le Mer 17 Oct 2012 - 8:45

je vous souhaite de réussir,mais avec une telle passion ça ne peut que fonctionner !! Bonjour
avatar
a.piot

Messages : 2538
Date d'inscription : 25/05/2010
Localisation : chatillon sur indre /oleron

https://sites.Google.com/site/voiliersanciens/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Monographie d'un navire 1860/1880

Message  Bruno Orsel le Mer 17 Oct 2012 - 22:47

Je vois que le choix est large, les interrogations nombreuses, beaucoup d'hésitations ; je comprends cela.
Je suis loin de tout savoir, mais certains des modèles que vous nommez me sont familiers pour les avoir vus dans les musées. Certains seront techniquement abordables pour un modéliste moyen, d'autres seront d'un autre niveau. Là est donc l'un des critères essentiels du choix, car il serait dommage et décourageant de se lasser face à trop de difficultés rencontrées. Vous devez avoir à l'esprit que votre documentation ne sera pas une monographie où tout est dessiné. Je pense en particulier à la mâture et au gréement où vous serez obligé de travailler avec les règlements de l'époque.
Mais ceci restera une très belle aventure et une très belle école pour développer votre culture en construction navale de cette période qui est d'une très grande richesse et malheureusement trop mal connue. Je vous engage vivement à vous jeter à l'eau, car je comprends que cette époque vous passionne.

Je ne sais pas si vous envisagez de présenter votre modèle entièrement bordé ou en charpente apparente, car vous devez savoir un certain nombre de choses qui vous aideront à orienter votre choix. Cette période du milieu et 2e moitié du 19e siècle voit un bouleversement dans les techniques de construction des coques et on rencontre différents principes :

Technique traditionnelle : charpente bois et bordé bois en pose classique
Bordage croisé simple : charpente bois, bordé : une couche posée en diagonale à l'intérieur + une couche de bordé longitudinale sur l'extérieur
Bordage double croisé : charpente bois, bordé : 2 couches de bordage croisés en diagonale + 1 couche longitudinale et extérieure.
Technique mixte : charpente en cornière métallique, bordé bois selon les différents cas ci-dessus.
Tout métal. Cette technique se développe plus on avance vers la fin du siècle.

Si vous voulez absolument montrer le détail de la charpente, je vous déconseille fortement la technique mixte ou tout métal. En effet la technique mixte vous oblige, si vous voulez être fidèle, de réaliser les couples en cornière métallique, ce qui est déjà en soi une prouesse pour les mettre en forme, car l'échantillonnage des pièces en métal est fin, mais en plus vous devrez faire l'équerrage de ces couples. Je ne dis pas que c'est impossible, mais réfléchissez bien avant de vous engager dans cette aventure. J'en connais qui se sont mordus les doigts.
Je conseille donc, dans ce cas, de choisir des navires à charpente et bordage bois. Si votre choix va pour les autres techniques, dans ce cas renoncez à montrer les détails de la construction de la coque.

Pour un premier modèle je pense que vous devriez vous diriger vers des bâtiments de moyenne importance du type canonnières, avisos, petits croiseurs et de préférence se situant entre 1850 et 1875. Vous trouverez un choix assez large pour satisfaire vos désirs.

Quelques exemples :

La Lionne - canonnière - charpente et bordage en bois, construite à Bordeaux - plans à Rochefort (ici avec sa mâture modifiée)



Le Corse - aviso -(ex. Napoléon, modèle présenté au musée à Paris)
Premier bâtiment français à propulsion par hélice. (j'ai les plans)



Pour la période construction tout métal, je vous propose :

- les avisos-torpilleur du type Sainte-barbe, 1886. (voir aussi Salve) J'avais une magnifique photo que je ne retrouve malheureusement pas.
Ce sont de ravissants petits navires, fin et élégants pas trop compliqués à construire, avec un gréement simplifié.

Les avisos torpilleurs du type Iberville, Casini, Casablanca 1895. Un peu plus important que les types Sainte-Barbe.

Pour ces 2 derniers types, vous aurez l'avantage de pouvoir récupérer les plans sur le site du SHD de Châtellerault , lien GD.

Voici quelques pistes en espérant que vous trouverez votre bonheur.

Bruno
avatar
Bruno Orsel

Messages : 208
Date d'inscription : 31/05/2010
Localisation : IDF

Revenir en haut Aller en bas

Re: Monographie d'un navire 1860/1880

Message  J.C Dubreuil le Sam 20 Oct 2012 - 10:20

Eh bien ce sera «La Lionne», vous m'aurez convaincu.
Grâce à vous Bruno, à vos informations et vos conseils, je me sens beaucoup plus à l'aise, de plus je crois comprendre que sur ce forum, il y aurai un potentiel pour ce type de navire.
La Lionne à été construite à Rochefort et je n'habite qu'à 200 km, ce sera plus facile pour consulter des plans.
La construction de l'arrière devrait être intéressante avec l'hélice, mais s'agit-il d'une hélice dans le prolongement de la carène et de l'étambeau, repliée, comme je l'ai vu sur un modèle à Rochefort ?
Pour la charpente, la proportion bois/métal devrais être sympathique et raisonnable pour un modéliste comme moi, j'insisterai sur plus de métal ultérieurement. Mais, s'agit-il d' un bordage croisé simple ?
Je souhaite présenter ce modèle avec charpente apparente côté babord et faire apparaître la chaudière à vapeur, selon vos informations dispose t-on des plans des machines ?

Pour l'échelle, j'avais en tête le 1/66e pour les gros bateaux et le 1/48e qu'utilise Bernard Frölich ("L'art du modélisme"). N'est pas trop "petit" pour les pièces difficiles ?
Il faut voir aussi à quelle échelle sont les plans pour avoir la conversion adéquate.

Quelqu'un est-il intéressé comme moi par cette Lionne ? Nous pourrions avancer ensemble !
pour la monographie comme pour le modèle.

Cordialement
Jacques
avatar
J.C Dubreuil

Messages : 39
Date d'inscription : 02/02/2012
Localisation : Limoges

Revenir en haut Aller en bas

Re: Monographie d'un navire 1860/1880

Message  G. Delacroix le Sam 20 Oct 2012 - 10:39

Je suppose que cette image représente La Lionne mais avec trois mâts et une livrée sombre ?



_______________________________________________
Marine et Modélisme d'Arsenal... le site !
avatar
G. Delacroix
Admin

Messages : 6454
Date d'inscription : 21/05/2010
Localisation : Toulouse

http://www.gerard-delacroix.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Monographie d'un navire 1860/1880

Message  Bruno Orsel le Sam 20 Oct 2012 - 13:51

Magnifique photo. Oui, il s'agit bien de la Lionne avec sa mâture d'origine.
Je vous montre ici le plan de voilure de la Lionne.


Bruno



Dernière édition par Bruno Orsel le Sam 20 Oct 2012 - 21:54, édité 1 fois
avatar
Bruno Orsel

Messages : 208
Date d'inscription : 31/05/2010
Localisation : IDF

Revenir en haut Aller en bas

Re: Monographie d'un navire 1860/1880

Message  Bruno Orsel le Sam 20 Oct 2012 - 19:55

J.C Dubreuil a écrit:Eh bien ce sera «La Lionne», vous m'aurez convaincu.
Cordialement
Jacques


Je suis heureux que vous ayez choisi la Lionne, c'est une très jolie canonnière bien armée. 2 canons de 12 cm à pivot central sur les gaillards et un de 19 cm à pivot sur le pont.

J'ai eu la possibilité de consulter le dossier de plans de cette canonnière lors d'un de mes passages à Rochefort. Dossier très complet qui ne devrait pas laisser de mauvaise surpris de mauvaise surprise.

L'hélice est du type repliable (je ne connais pas le terme technique). En effet les 2 ailes s'alignent sur l'étambot lorsque le moteur est arrêté et que le bâtiment navigue à la voile pour éviter la prise sur l'eau. Ce détail est bien visible sur le plan que je joins ici.



La charpente est en bois et le bordage à une seule épaisseur de virures longitudinales. Ce détail est également visible sur le plan. La membrure est renforcée par des lattes de fer posées en diagonale au niveau de la machine.
Quelques apports de métal en effet, les courbes, mais aussi les baux du pont principal qui sont en fer en forme de T.





Un détail appréciable est que le dossier contient les plans de pitonnage, ce qui offre une aide considérable pour la reconstitution du gréement

Généralement on retrouve assez facilement les plans de la machine. A vérifier dans le dossier à Rochefort.



Je vous souhaite bonne chance pour ce beau projet qui vous apportera beaucoup de plaisir, tant dans la recherche des documents pour la réalisation du modèle. Dans la mesure de mes connaissances, je vous apporterai aussi tous les renseignements dont vous pourrez avoir besoin.

Bruno

avatar
Bruno Orsel

Messages : 208
Date d'inscription : 31/05/2010
Localisation : IDF

Revenir en haut Aller en bas

Re: Monographie d'un navire 1860/1880

Message  hrv1 le Lun 22 Oct 2012 - 10:21

Bonjour,
Pour l'hélice,
Dans l'aviation, le fait de couper un moteur (sur les multi-moteurs ) et de mettre une fois le vilebrequin à l'arrêt les pales dans le sens du vent afin d'opposer la moindre résistance se nomme "mettre l'hélice en drapeau". D'après la description, dans le cas cité, il semble s'agir d'autre chose. Je serais intéressé d'avoir plus de détails sur le mécanisme ou sur la cinématique s'il existe un document. J'ignorais que cela fut employé dans la marine. Merci d'avance.
Hervé

_______________________________________________
Faire des histoires plates avec des propos creux, c'est pas facile, donc c'est de l'art.  (JP Borer)
avatar
hrv1
Admin

Messages : 1437
Date d'inscription : 21/05/2010
Localisation : 3e planete

http://www.wasadream.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Monographie d'un navire 1860/1880

Message  amure le Lun 22 Oct 2012 - 11:02

Le cas de mettre l'hélice en drapeau, en aviation, suppose des pales à pas variable.

Ce n'est pas le cas de la"Lionne" où les 2 pales sont fixes.
avatar
amure

Messages : 262
Date d'inscription : 26/05/2010
Localisation : Froideville -CH

Revenir en haut Aller en bas

Re: Monographie d'un navire 1860/1880

Message  hrv1 le Lun 22 Oct 2012 - 11:17

Merci,
Oui pour le pas variable. ce que je comprenais, c'est que ce doit être l'hélice entière qui se replie ? et comment ?
Hervé

_______________________________________________
Faire des histoires plates avec des propos creux, c'est pas facile, donc c'est de l'art.  (JP Borer)
avatar
hrv1
Admin

Messages : 1437
Date d'inscription : 21/05/2010
Localisation : 3e planete

http://www.wasadream.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Monographie d'un navire 1860/1880

Message  G. Delacroix le Lun 22 Oct 2012 - 11:32

Ce sont deux hélices à deux pales.
En utilisation, les hélices sont placées à 90° l'une de l'autre et elles sont alignées pour la navigation à la voile, abritées par l'étambot.

_______________________________________________
Marine et Modélisme d'Arsenal... le site !
avatar
G. Delacroix
Admin

Messages : 6454
Date d'inscription : 21/05/2010
Localisation : Toulouse

http://www.gerard-delacroix.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Monographie d'un navire 1860/1880

Message  amure le Lun 22 Oct 2012 - 11:43

Cette manière est beaucoup plus simple et efficace que le puit
d'hélice du HMS Warrior, dont on connait les difficultés de navigation !!!!

lol!

avatar
amure

Messages : 262
Date d'inscription : 26/05/2010
Localisation : Froideville -CH

Revenir en haut Aller en bas

Re: Monographie d'un navire 1860/1880

Message  hrv1 le Lun 22 Oct 2012 - 11:52

Ah ! Yes. Je n'avais pas du tout "percuté".
Merci.

_______________________________________________
Faire des histoires plates avec des propos creux, c'est pas facile, donc c'est de l'art.  (JP Borer)
avatar
hrv1
Admin

Messages : 1437
Date d'inscription : 21/05/2010
Localisation : 3e planete

http://www.wasadream.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Monographie d'un navire 1860/1880

Message  a.piot le Lun 22 Oct 2012 - 12:48

oui ! ok !j'aime bien la mise en place,quel boulot pour mettre tout cela en ligne.A cette époque il fallait du métier,ils n'avaient rien d'autre que leur savoir !!
Smile
avatar
a.piot

Messages : 2538
Date d'inscription : 25/05/2010
Localisation : chatillon sur indre /oleron

https://sites.Google.com/site/voiliersanciens/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Monographie d'un navire 1860/1880

Message  J.C Dubreuil le Lun 22 Oct 2012 - 14:43

G. Delacroix a écrit :
Ce sont deux hélices à deux pales.
En utilisation, les hélices sont placées à 90° l'une de l'autre et elles sont alignées pour la navigation à la voile, abritées par l'étambot.



Image de "La Creuse" Transport-écuries - Rochefort.
Avec les 2 pales.

Jacques
avatar
J.C Dubreuil

Messages : 39
Date d'inscription : 02/02/2012
Localisation : Limoges

Revenir en haut Aller en bas

Re: Monographie d'un navire 1860/1880

Message  G. Delacroix le Lun 22 Oct 2012 - 15:36

Pas sûr d'ailleurs qu'elles se positionnent à 90° l'une de l'autre...
Les connaisseurs confirmeront ou infirmeront.

_______________________________________________
Marine et Modélisme d'Arsenal... le site !
avatar
G. Delacroix
Admin

Messages : 6454
Date d'inscription : 21/05/2010
Localisation : Toulouse

http://www.gerard-delacroix.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Monographie d'un navire 1860/1880

Message  cornic le Lun 22 Oct 2012 - 15:43

A moins d'avoir deux arbres concentriques, j'ai un peu de mal à imaginer la possibilité de changer la configuration des hélices.

Petite remarque en passant : le contenu de cette discussion n'est-il pas un peu élaboré pour rester dans "le café de la marine", ne mériterait-il pas un sujet plus valorisant ?
avatar
cornic

Messages : 556
Date d'inscription : 25/05/2010
Localisation : Selommes (41)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Monographie d'un navire 1860/1880

Message  Carrick le Lun 22 Oct 2012 - 16:28



Bonjour

Certes HMS Warrior, mais il me semble que, chez nous, Dupuy de Lôme aussi, si ce n'est lui c'est donc son frère, avait mis au point ce procédé de rétraction de l'hélice, non ?
avatar
Carrick

Messages : 3191
Date d'inscription : 23/05/2010
Localisation : Plougastel

Revenir en haut Aller en bas

Re: Monographie d'un navire 1860/1880

Message  Bruno Orsel le Lun 22 Oct 2012 - 16:38

G. Delacroix a écrit:Pas sûr d'ailleurs qu'elles se positionnent à 90° l'une de l'autre...
Les connaisseurs confirmeront ou infirmeront.


Dans mon message du 20 octobre, je disais que les ailes de l'hélice étaient repliables. C'était une grosse bêtise. Avoir abordé ce sujet de l'hélice m'a permis d'en apprendre un peu plus sur le sujet.
Tout d'bord pour une hélice de bateau on ne dit pas une pale, mais une aile d'hélice, tout au moins au 19e.

Jacques nous présente une belle hélice double du même type que celle dont j'avais montré la photo d'un plan. Cette hélice dont nous parlons ici est une hélice du type Mangin, du nom de son inventeur.

Mangin a imaginé afin de diminuer les vibrations et la résistance à l'eau de l'hélice à l'arrêt lorsque le navire navigue sous voile, de diviser par 2 voir par 3 la surface de l"hélice initiale et de la compenser par 2 voir 3 hélices à 2 ailes placées l'une derrière l'autre et dans l’axe de l'étambot. Cette disposition ingénieuse a pour but de diminuer la longueur et la largeur de chaque aile tout en conservant la même surface totale d'action et pour un même résultat. De plus cette disposition permettait de se rapprocher de la largeur de l'étambot.

Ce type d'hélice était surtout utilisé lorsque la machine n'était encore qu'un auxiliaire de la voile. Dès lors où le moteur à pris le pas sur la voile, les hélices ont évoluer vers le type différent appelé système Hirsch dont je vous montre ici un plan.

Bruno





avatar
Bruno Orsel

Messages : 208
Date d'inscription : 31/05/2010
Localisation : IDF

Revenir en haut Aller en bas

Re: Monographie d'un navire 1860/1880

Message  Bucintoro le Lun 22 Oct 2012 - 16:56

Mes felicitations pour ce sujet , qui devient de plus en plus intéressant !
Une question : Est ce que " La Lionne " avait aussi une coque cuirassée ? C'est difficile de voir sur les photos.
avatar
Bucintoro

Messages : 106
Date d'inscription : 07/11/2010
Localisation : Mexique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Monographie d'un navire 1860/1880

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum