manœuvre du canon pour son armement...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

manœuvre du canon pour son armement...

Message  a.pichenet le Mar 13 Juin 2017 - 13:50

Bonjour à tous
j'ai trouvé ce texte sur( http://forummarine.forumactif.com/t8009-artillerie-navale-sous-la-revolution-et-le-consulat ) et sur le G.V je n'ai pas la place au recul du canon comme défini dans le texte je me demande comment ils faisaient pour armer ces pièces ? En sachant que sur le G.V ce sont des pièces de 4 et donc plus facile à manœuvrer.... la seule manière de pouvoir armer cette pièce avec une certaine "aisance" c'est le recul de travers ! est-ce une disposition normale et pratique courante à cette époque ? le G.V étant de 1766, j'ai lu qu'à partir de 1778 et 1786 les pièces de 4 dites courtes étaient plus courtes que celle qui équipent le G.V est-ce que cela laisse supposer qu'ils avaient connaissance de ce problème de manœuvre mais qu'ils y ont remédié plus tard en somme ?....A vous lire...
alain p

. Au poste de combat
Le déplacement du canon était limité par la brague, fort cordage dont le diamètre variait de 64 mm (200 mm de circonférence),  pour une pièce de 36, à 36 mm (115 mm de circonférence), pour une de 4 ; la brague, qui avait ses extrémités fixées à des boucles, ancrées dans la muraille, de chaque côté du sabord, traversait l’affût (brague à la française ou à l’ancienne) ; selon le calibre de la pièce, sa longueur variait de 10,40 m (36 livres) à 5,85 m (4 livres). Au poste de combat, la brague, dite courante, permettait le recul du canon et faisait, également, office de butée de fin de course.
Pour manœuvrer la pièce, les servants utilisaient trois palans, deux palans de côté et un palan de retraite, tous identiques et composés, chacun d’un garant (cordage), d’une poulie simple et d’une poulie double, l’une et l’autre estropées (estrope, définition, ceinture dont on entoure un objet, soit pour le maintenir, soit pour l’attacher partout où cela devient nécessaire, extrait du Dictionnaire de la Maine Françoise (1792). Le croc de la poulie double de chaque palan de côté était passé dans un autre croc, lui-même, fixé dans la muraille, près du sabord ; la poulie double du palan de retraite était accrochée au piton de croupière de l’affût et sa poulie simple, à la boucle de l’hiloire. Les palans de côté servaient pour mettre la pièce au sabord et la maintenir ou l’orienter, pendant le pointage. Le palan de retraite était destiné à faire rentrer la pièce, si, sous l’effet du recul, elle n’était pas suffisamment rentrée pour être chargée facilement – la distance nécessaire, pour le chargement, était fixée à 0,65 m, entre le seuillet du sabord et la bouche du canon - ; dans tous les cas, le palan de retraite servait à maintenir la pièce hors de batterie jusqu’à la fin de l’exécution du chargement.

a.pichenet

Messages : 780
Date d'inscription : 24/05/2010
Localisation : troyes

Revenir en haut Aller en bas

Re: manœuvre du canon pour son armement...

Message  le Spahi le Mar 13 Juin 2017 - 15:37

Bonjour, Very Happy

Figurez-vous que je me suis posé la même question, il n'y a pas longtemps, à propos d'une corvette armée de pièces de 9 livres.

En fait, les munitions de tous types ne prenaient pas énormément de place et pouvaient sans doute être introduite dans le tube ainsi que la charge de poudre ; seul inconvénient, le "coup" de refouloir pour bien tasser l'ensemble... Je me suis dit que le servant qui en était chargé devait sans doute profiter de l'ouverture du sabord pour manier ledit refouloir. Par contre, je n'en ai pour l'instant pas lu la confirmation.

Le recul de travers, je ne connais pas... Je sais par contre que sur les grosses pièces, on pouvait utiliser les palans de côté pour pointer correctement la pièce au moment du retour en batterie, si le tir devait s'effectuer vers l'avant ou vers l'arrière.

C'est suite à ces questions que j'ai réalisé le petit dessin qui me sert d'avatar (pièce de 9 livres en fer).

L'adoption (tardive en France) des caronades a sans doute réglé une bonne partie du problème avec la longueur diminuée des fûts pour un même calibre.

Cordialement,

le Spahi
avatar
le Spahi

Messages : 232
Date d'inscription : 09/06/2017
Localisation : France - Irlande

https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01468845

Revenir en haut Aller en bas

Re: manœuvre du canon pour son armement...

Message  G. Delacroix le Mar 13 Juin 2017 - 15:54

Au cours du temps, les longueurs des canons ont diminué mais, vers les années 1770, il a été demandé de réduire la longueurs de certaines pièces pour pallier le manque de place dû au frégatage pratiqué à cette époque. L'artillerie de 1778 a dont deux type de canons pour les petits calibres (de 4 à 12), les pièces courtes et les pièces longues.
C'est probablement le problème qu'à rencontré le Gros-Ventre bien que ce bâtiment ne devait pas tirer souvent du canon, ils étaient plus dissuasifs qu'efficace.


_______________________________________________
Marine et Modélisme d'Arsenal... le site !
avatar
G. Delacroix
Admin

Messages : 6551
Date d'inscription : 21/05/2010
Localisation : Toulouse

http://www.gerard-delacroix.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: manœuvre du canon pour son armement...

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum